Fièvre à Ebola en Côte d’Ivoire : Comment retrouver tous les cas contacts sur le trajet de la malade ?

Fièvre à Ebola en Côte d’Ivoire

Dans le cadre de ses vacances scolaires, la jeune fille déclarée porteuse du virus à Ebola a quitté Labé, en compagnie du père de son futur époux, le 8 août 2021 pour se rendre à Abidjan afin de rejoindre ce dernier. Au cours de ce voyage qui a duré cinq (05) jours, elle est passée par Nzérékoré, où elle a changé de car pour arriver à Ouaninou où elle a encore changé de véhicule de transport en commun avec soixante-dix (70) passagers avant d’arriver à la gare d’Adjamé le 12 août 2021 vers 14 heures et regagner le domicile de son compagnon sis à Cocody 2 Plateaux. Au cours du voyage entre Labé et Abidjan, elle aurait présenté une fièvre. La suite nous la connaissons tous, le 12 août, la patiente a encore présenté la même fièvre avec des céphalées indique-t-on et des saignements au niveau des gencives et des organes génitaux. Le car de 70 places est arrivé avec 33 passagers qui sont descendus à Adjamé. Les autres sont évidemment descendus au cours du trajet.

Il faut rappeler que le voyage de la malade a duré 5 jours. Combien de personnes sont entrées en contact avec la jeune malade de 18 ans. Hormis son beau-père avec qui elle a effectué le voyage et des passagers du car? Le ministère assure que « Le bus, le chauffeur, son apprenti, la famille d'accueil et quelques compagnons de voyage ont été retrouvés. Ils sont suivis par une équipe médicale avec prise de température régulière. Ces personnes seront vaccinées, tout est fait pour contenir la maladie, l’objectif est qu’on ne perde personne dans cette situation. » Indique le ministre de la Santé Pierre Demba.

La grande énigme c’est le traçage des passagers qui sont descendu en cours de route. Tracer l’ensemble des personnes contacts c’est cela le grand travail sur lequel doit s’atteler les services du ministère de la Santé. Il faut retrouver, un à un, tous les passages des engins empruntés par la jeune vacancière de 18 ans depuis la Guinée jusqu’en Côte d’Ivoire. La population est dans l’inquiétude, et apeurée. Il est plus que urgent de mettre en alerte tout le dispositif nécessaire pour éviter une propagation de la maladie au sein de la population ivoirienne, déjà préoccupée par les affres de la COVID-19 et de la grippe Aviaire signalée à Grand Bassam, avec pour conséquence l’abattage des volailles dans cette partie du grand Abidjan.

 

JEAN PRISCA